Position de UNIR sur la loi d’adaptation de la société au vieillissement

Sante_2L’UNIR, si elle émet un avis globalement favorable sur les objectifs, pense que le financement annoncé n’est pas à la hauteur des enjeux que vont se présenter à nous. Nous serons particulièrement vigilants aux conséquences de la revalorisation de l’allocation personnalisée de l’autonomie (APA) pour les classes moyennes.

L’UNIR CFE-CGC sera très vigilante sur la création de la conférence des financeurs. Nous demandons qu’une véritable structure de gouvernance au niveau national soit définie. L’UNIR CFE- CGC veut être partie prenante des propositions d’amendements rédigées par la CFE-CGC au moment de la discussion de la loi au parlement.

L’UNIR CFE-CGC demande que le rôle de l’AGIRC et de l’ARRCO soit limité dans la loi à celui de partenaire mais en aucun cas de financeur. Nous refusons que les régimes complémentaires soient amenés à financer des actions en dehors des «actions prioritaires» définies par les fédérations AGIRC et ARRCO. Nous ne voulons pas que les centres de préventions mis en place par les structures des institutions de retraites complémentaires AGIRC et ARRCO ne se transforment par cette mutualisation induite dans le projet de loi en centre de soins.

Pour lire la déclaration complète : Position UNIR Loi Adaptation Vieillissement –

Pour donner votre avis :
http://unir.cfecgc.org/position-de-unir-sur-la-loi-dadaptation-de-la-societe-au-vieillissement/